ÉDITIONS UMUSOZO
Home Courrier Umusozo Livres e-books Recherche Commandes Livres d'occasion News Contact

Acting out ou « passage à l'acte »


Dans la présente recherche 1, le passage à l'acte collectif concerne avant tout le phénomène de groupe, la violence identitaire collective. D'où la notion de la « ‘maladie’ de la mémoire » - ou « maladie historique » - qui se caractériserait par « un trop de mémoire » et/ou par un « défaut de mémoire. » 2

L'Acting out ou passage à l'acte 3 est le « trait dominant des personnalités psychopathiques mais pouvant également survenir sur toute forme d'organisation psychique qui représente un mode de résolution de la tension liée à un conflit, par une décharge immédiate venant à la place d'une prise de conscience ou d'une élaboration mentale. » 4

Rappel : selon P. Ricœur, « on a vu la compulsion de répétition (...) se substituer au souvenir, l’ acting out faisant irruption « au lieu » du souvenir. C’est sur cette compulsion de répétition que l’on pourrait greffer l’oubli de fuite, la stratégie d’évitement, l’entreprise de mauvaise foi, qui font de l’oubli actif-passif une entreprise perverse. » 5

Ainsi, « ce qui, dans l’expérience historique, fait figure de paradoxe, à savoir trop de mémoire ici, pas assez de mémoire là, se laisse réinterpréter sous les catégories de résistance, de compulsion de répétition, et finalement se trouve soumis à l’épreuve du difficile travail de remémoration. Le trop de mémoire rappelle particulièrement la compulsion de répétition, dont Freud nous dit qu’elle conduit à substituer le passage à l’acte au souvenir véritable par lequel le présent serait réconcilié avec le passé (…). Si tel est le cas, alors le trop peu de mémoire relève de la même réinterprétation. Ce que les uns cultivent avec délectation morose, et ce que les autres fuient avec mauvaise conscience, c’est la même mémoire-répétition . Les uns aiment s’y perdre, les autres ont peur d’y être engloutis. » 6

1Cf. SEBUNUMA D., La compulsion de répétition dans les violences collectives, thèse de Doctorat soutenue le 25 février 2011 à l'Université Paris Diderot - Paris7, publiée à l'Université Lille3, Atelier National de Reproduction des Thèses, 2012 ; puis à Issy-les-Moulineaux, Éditions Umusozo, 2013.

2RICŒUR P., article « Le pardon peut-il guérir ? », in Revue Esprit, mars-avril 1995, n° 210, pp. 77 – 82.

3RICŒUR P., article « Le pardon peut-il guérir ? », in Revue Esprit n° 210, op. cit.

4GUELFI J. D. (sous la direction de), Psychiatrie, Paris, Masson, 1987, p. 349.

5Ibid.

6RICŒUR P., La Mémoire, l’Histoire, l’Oubli , Paris, Seuil, 2000. p. 96.

Déogratias SEBUNUMA
Psychologue clinicien - Auteur

Titulaire du Doctorat de
 
«Recherche en psychopathologie
fondamentale et psychanalyse
»

Psychopathologie
Descriptive II


Aperçu

Synthèse

Commander

Le Jugement
de l'Histoire


Aperçu

Synthèse

Commander

Le génocide
au Rwanda


Aperçu

Synthèse

Commander

Essai sur
l'autosuggestion


Aperçu

Synthèse

Commander

Psychopathologie descriptive I
Essais
sur les violences collectives

Aperçu

Synthèse

Commander

Communautarisme
et autochtonie –
Du cas du Rwanda
à l'universel

Aperçu

Synthèse

Commander

Rwanda :
crimes d'honneur
et influences régionales

Aperçu

Synthèse

Commander

Rwanda :
crise identitaire
et violence collective

Aperçu

Synthèse

Commander

La compulsion
de répétition
dans les violences collectives

Aperçu

Synthèse

Commander

La compulsion
de répétition
dans les violences collectives

Rwanda :
crise identitaire
et violence collective
Cet ouvrage est désormais édité par
les EDITIONS UMUSOZO